J’accouche et j’ai peur de la douleur: 3 aspects à explorer

by Mar 23, 2019Birth School, Bonapace0 comments

Quand on questionne les femmes sur leur accouchement à venir, la première émotion qui fait surface c’est la peur d’avoir mal.

Comme spécialiste de la douleur, j’ai dédié ma vie à développer et à enseigner les outils pour transcender la peur et la douleur et ça marche !

Je vous propose le fruit de quelques unes de mes expériences et de mes réflexions.

Je vis au Québec, Canada, où c’est l’hiver près de 6 mois par année. Les températures dans ma région d’origine, l’Abitibi, dépassent -35 degrés Celcius. Comment les femmes et les familles des peuples fondateurs de notre pays, les Premières Nations ont-elles survécu à ces rudes conditions environnementales?

Grâce au sexe et à la naissance. Plus précisément, grâce au PLAISIR que les deux peuvent procurer.

Je suis convaincue que dans le dessein universel, le Divin ou Mère Nature ont voulu qu’on survive comme espèce. Pour ce faire, il a fallu rendre addictif le sexe et la naissance pour qu’on continue à se reproduire. Le plaisir fait donc partie de nos cellules, de nos hormones et de notre neurophysiologie.

On a simplement oublié comment l’activer, surtout lors de l’accouchement.

Religion et médecine

Deux forces importantes ont contribué à nous faire oublier la capacité que nous avons de vivre le plaisir : la religion et la médecine.

Dans ces deux systèmes, les autres sont les experts. Ils nous conditionnent en nous faisant craindre les dangers potentiels. Quand on a peur, on est facilement manipulables. On devient passives et soumises prêtes à obéir à l’avis des autres.

On doute de nos compétences.

Religion et douleur

Ma grand-mère, pauvre et illettrée a immigré du Liban au début du XXème.

De sa religion, elle apprit que son rôle de femme était de « faire des enfants ». Pas de vivre ses rêves, encore moins de vivre du plaisir. J’ai la très nette sensation que l’acte sexuel pour elle, comme pour encore bien des femmes dans le monde, était une corvée. Un élément de plus sur la « TO DO LIST ».

Elle a probablement appris de sa propre mère que l’acte sexuel était douloureux. Pas écoutée, inspirée, réchauffée, stimulée, ni lubrifiée, faire l’amour était certainement douloureux.

Et la peur génère la peur, chaque relation confirmant la douleur.

Il en est de même pour la naissance. Tu enfanteras dans la douleur. Nous croyons et avons intégré ce concept.

Par les médias, on a convaincu les femmes qu’accoucher est douloureux en racontant des histoires et en montrant des images de femmes passives, hystériques et en douleur. La naissance physiologique, en famille et en femme libre est quasi disparue.

Ainsi, le « business de la naissance » est né.

Médecine et douleur

La médicalisation de la naissance augmente aussi la douleur de l’enfantement.

Moralement et physiquement.

Moralement, par l’absence de soutien continu par une personne de confiance qui nous écoute et respecte nos choix pendant la grossesse, l’accouchement et le post-partum.

Physiquement par les nombreux tests et interventions qui augmentent la douleur. Les examens vaginaux, les déclenchements, les interdictions de manger et de boire, de faire des sons, de se toucher et de se donner du plaisir, d’être entourée de personnes pour nous soutenir de manière continue, d’enfanter dans notre milieu familial, le fait de semer le doute sur nos compétences, de se faire déranger, de se faire interdire ou de se faire obliger à des gestes qu’on ne souhaite pas, tout ceci augmente la douleur et la souffrance.

Plaisir versus douleur

Vivre du plaisir pendant son accouchement demande du pouvoir et de la confiance.

Il faut reprendre le pouvoir sur notre enfantement. Faire des choix éclairés, participer aux décisions, communiquer avec son enfant, son partenaire et son intuition. C’est un droit fondamental chez toute femme qui choisit de donner naissance à son enfant.

La meilleure façon de reprendre le pouvoir, c’est de s’éduquer. Si on ne connaît pas nos options, c’est qu’en réalité, on n’en a pas.

Je vous encourage à apprendre les outils qui vous permettront de vivre pleinement l’enfantement et de transcender les sensations de l’accouchement.

C’est ce que je propose dans ma préparation virtuelle à la naissance où je vous enseigne plus d’une vingtaine d’outils et de clés pour composer avec les sensations de la naissance. C’est prouvé.

Je vous accompagne dans votre parcours avec une trentaine de courtes vidéos (environ 4.5 h de visionnement) qui vous permettent d’expérimenter, pas à pas, tous les outils non pharmacologiques pour vivre le plaisir dans votre enfantement.

Avec amour et gratitude

Julie

Cours en Ligne

La famille a toujours été au cœur de ma vie professionnelle, mais pas toujours comme on pourrait s’y attendre. Avant d’enseigner la méthode Bonapace, j’ai été médiatrice auprès de couples en instance de divorce pour le ministère de la Justice du Québec. Après avoir vu un grand nombre de couples se défaire et observé les habitudes et les comportements qui les ont menés à ces ruptures, j’ai choisi de me consacrer à aider les gens à les éviter. J’ai créé un programme qui donne aux parents en attente d’une naissance des outils susceptibles de les aider à tisser des liens solides pendant l’un des plus beaux et des plus grands moments qu’une famille puisse vivre, l’arrivée d’un enfant. La méthode Bonapace est le fruit des études que j’ai réalisées sur la grossesse, ses pratiques et ses traditions, telles que vécues et perçues dans les familles et les cultures du monde entier, et des recherches que j’ai menées sur la gestion de la douleur selon une approche non pharmacologique dans le cadre de mon programme de maîtrise à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. La méthode a depuis été bonifiée d’exercices de médiation et de renforcement d’esprit d’équipe, de postures de yoga axées sur la conscientisation du soi et de son corps, mais aussi de techniques de gestion du stress que l’accro aux sports extrêmes que je suis a acquises, adaptées et combinées. Ces outils, que nous transmettons dans mes ateliers, sont conçus pour que les participants comprennent et maîtrisent leurs émotions, apprennent à communiquer et à travailler en équipe, parviennent à rediriger la douleur de façon naturelle, réfléchissent aux scénarios les plus éprouvants et prennent des décisions éclairées, même dans les moments de stress. J’éprouve toujours un enthousiasme renouvelé à la perspective de vous transmettre aujourd’hui ces techniques, alors que votre famille est sur le point de s’agrandir.